Amélioration des conditions de vie des populations des quartiers précaires

La forte croissance démographique est un enjeu majeur des grandes villes des pays en développement. Les autorités faisant difficilement face à cette urbanisation galopante, les populations les plus démunies vivant dans des quartiers précaires, sont sans accès aux infrastructures de base. Pour pallier à ces problèmes, l’ONG Eau et Vie conçoit des programmes d’amélioration des conditions par un accès légal à des services essentiels.

Grâce à l’appui des acteurs locaux (mairies, ministères, opérateurs, communautés), l’ONG a ouvert ses bureaux à Abidjan en 2015. A ce jour, elle possède en son sein une entreprise sociale, Dji Ni Sii, qui est chargée de la mise en place et de la gestion des services d’accès à l’eau potable courante, d’assainissement (évacuation des eaux, latrines) et de collecte de déchets. C’est ensuite à l’association locale, Eau et Vie Côte d’Ivoire, d’incuber ces différents services. L’association travaille également au déploiement des campagnes de sensibilisation à l’hygiène et à la prévention incendie. Toutes ces actions sont réalisées en étroite collaboration avec les communautés des quartiers d’intervention.

C’est le cas du quartier-pilote de Yopougon qui a accueilli à la fin de 2017 les activités liées à l’hygiène, à la lutte incendie et à la gestion des déchets. Pour un meilleur pilotage des projets, un bureau y a été ouvert en mars 2018. Les études relatives à l’assainissement s’y poursuivent et la construction d’un réseau d’évacuation d’eau est prévue pour 2019. De même, sur la thématique d’accès à l’eau potable, la construction d’un réseau d’eau et le lancement de l’agence de gestion de ce service sont prévus courant 2018. Ces projets sont rendus possibles grâce aux partenariats signés avec l’ONEP en 2016 et la SODECI cet été 2018.

Le Club Abidjan Ville Durable, accordant une importance à ces thématiques, a invité l’ONG Eau & Vie à rencontrer sa Plateforme Eau et Déchets au premier semestre 2018. Le club a ainsi pu s’imprégner des actions de l’ONG en Côte d’Ivoire et échanger sur les différentes problématiques et solutions possibles liées à ces sujets.